Fiche familiale

Retour Sommaire

Retour à l'arbre généalogique complet
Nom Constantin BAUDRU
Naissance 16 12 1879, Lavelanet
Décès 10 6 1942, Avignon
Père Philippe BAUDRU (1842-1929)
Mère Catherine MONIE (1847-?1883)
Notes diverses
Une photo de lui jeune . Il fit son service militaire dans un régiment de zouave

Il s'appelait Constantin en premier prénom, mais on l'appelait par son deuxième, François. Sa femme l'appelait Soize.

Il avait une soeur Berthe qui travaillait avec les soeurs Claire et Thérèse de Léon REYNAUD. Constantin avait d'ailleurs fait une cour assidue à Thérèse REYNAUD, qui avait un autre amour en tête.

Bien avant que Raoul BAUDRU et Paulette REYNAUD naissent, les familles BAUDRU et REYNAUD étaient donc amies.

Il travaillait à la SNCF comme mécanicien sur les locomotives à vapeur. Sur la photo, il est le 4ième en partant de la gauche.

Anecdotes de sa vie que son fils Raoul aimait à raconter :

- Papé Soize aimait rire. Lorsqu'il se promenait avec la famille REYNAUD, la famille de sa belle fille Paulette, il inventait des postures, des cabrioles et des grimaces. Papé Soize descendit un jour la Canebière à Marseille en faisant des grimaces et des postures qui avaient fait rire toute la famille.
- Alors qu'il travaillait au dépôt SNCF d'Avignon, il avait une passion, les abeilles. Il avait des ruches dont il aimait s'occuper. Un jour au dépôt, un de ses camarades est porté malade, il ne vient pas travailler. Puis, après plusieurs jours, revient au dépôt avec quelques boutons de piqûres sur le visage et le corps. Quelques temps plus tard, ce camarade lui rend visite chez lui. Soise, c'est comme cela que sa femme l'appelait, le voit arriver. Avant qu'il ne passe le seuil du portail du jardin, Soise lui dit en lui montrant une hache tout près plantée sur un billot de bois " Si tu passes le seuil, elle te passe dessus ! " Le camarade ne demanda pas pourquoi …
Il est enterré au cimetière d'Avignon carré N°23 avec sa femme et son fils Gérard.

Conjointe Diane CLAPIER
Naissance 3 4 1881, Pertuis
Décès 30 9 1970, Champigny sur Marne
Père Joseph CLAPIER (1844-1916)
Mère Adèle GUIGUE (1849-1923)
Notes diverses

Elle avait 10 ans de moins que son frère Hyacinthe CLAPIER.

Elle se faisait appeler Louise, nous l'appelions Mamée Louise. Son prénom de Diane lui rappelait trop son enfance, élevée chez les soeurs. 

Ces parents n'étaient pas riches, il étaient métayers, à Beaumont de Pertuis. Ces parents la placèrent dans un couvent. C'est elle qui préparait les offices, les "robes des demoiselles", les lits. Elle se rappelait des allers et venues, le soir, entre le couvent et l'église, elle se rappelait de ses peurs. Cette période la dégoûta de la religion. Elle devint athée. Bercé par cette image de la religion, c'est la raison pour laquelle son fils Raoul ne croyait pas en Dieu.

Pourtant, ce fût une jeune femme libre, elle sortait souvent au cinéma. A 19 ans, en 1900, elle partit pour Paris pour assister à l'exposition universelle et en revenue pleine de bons souvenirs.

 

Une lettre a été retrouvée dans nos archives familiale. Il s'agit d'une lettre qu'elle a écrit à son fils Raoul, après la mort de son mari en 1942. La fin d'une vie. 

 

Après la mort de Soize, elle se remaria avec celui que la famille a appelé "Le grand père SAUREL". Nous avons également retrouvé la lettre qu'elle écrit à son fils Raoul pour lui faire part de sa volonté de se remarier. Elle lui demande même sa permission... Lettre du remariage


Lorsqu'elle était veuve, elle passait l'hiver chez son fils Raoul à Champigny Sur Marne et l'été à Marsillargue près d'Avignon chez son fils Gérard. Une photo avec à droite son fils aîné Raoul et à gauche Gérard son deuxième fils.

Elle prenait le train pour se rendre chez l'un et chez l'autre. Lorsque le train s'arrêtait à Lyon, sa petite fille Michelle SEMPERES et son arrière petit fils Christian venait l'embrasser le temps de l'arrêt du train à la gare de Perrache à Lyon. (8Mo)


Elle eu une attaque cérébrale à la fin de sa vie. Son fils Raoul lui réappris à remarcher et à reparler.
(4,8Mo)

Elle mourut à Champigny sur Marne et fût enterrée à Avignon.


Anecdotes de sa vie que son fils Raoul aimait à raconter :
Des anecdotes savoureuses racontées par son fils Raoul. Mamée Louise et son mari, qu'elle appelait "Soise", avait l'habitude de se disputer après des situations parfois très cocasses. En voici deux...
- Elle allait souvent au cinéma. Un jour, elle s'installa dans un fauteuil. Le film débute. Un jeune homme voulut lui faire des avances et entrepris de glisser sa jambe sous la jambe de Louise. Elle se laissa faire, souleva sa jambe, et lorsque le pied du jeune homme fût bien à sa portée, elle le lui écrasa ... On imagine la suite...

- Employé à la SNCF, Soise, sa femme et leurs deux fils Raoul et Gérard avaient l'habitude de prendre le train pour se déplacer. A cette époque, il faut bien l'avouer, les voyages courts en kilomètres étaient longs en durée. Un jour, un des deux fils, jeune a eu une envie toute naturelle pendant le trajet. Mamée Louise avait tout prévu, un pot. Elle se trouva ensuite fort embarrassé par le contenu. Un tunnel arriva. A cette époque, il n'y avait pas de lumière dans ces trains à vapeur. Ni vu ni connu, elle eu l'idée de lancer le contenu du pot par la fenêtre. Malheureusement, à la sortie du tunnel, les voyageurs du compartiments eurent la désagréable surprise de s'apercevoir que la fenêtre n'était pas suffisamment ouverte… Comme le disait Raoul… une engueulade mémorable !

Enfants :
   
1 M Raoul BAUDRU
Naissance 16 10 1908, Avignon
Décès 19 8 1986, Pertuis
Conjointe Paulette REYNAUD
Mariage 16 4 1932, Oullins
2 M Gérard BAUDRU
Conjointe Huguette CHABOUX