Retour Sommaire

Vous allez me dire pourquoi un site de généalogie ?

Je n'aurais pas la prétention de répondre à cette question comme l'aurait fait mon grand père, Raoul BAUDRU, bien plus subtil que moi dans le maniement de la langue française.

 Mais, il faut bien y répondre...

Jeune, je m'intéressais plus à ce que serait ma vie plutôt qu'aux détails de la vie de mes ancêtres. Pas de l'égoïsme mais... chaque chose en son temps ! Une fois la famille fondée, une situation professionnelle stabilisée, vient le besoin de savoir d'où l'on vient pour mieux savoir où l'on va. Comme disait Pierre DAC "Je suis moi, je viens de chez moi et j'y retourne !" Quand on fait de la généalogie, on comprend mieux cette maxime ...

 Ensuite, j'ai construit ma vie pour mon bien être bien sûr mais aussi et surtout pour le bien être de mon foyer et de mes enfants, pour leur laisser quelque chose. Je suis heureux d'avoir une fourchette de ma grand mère, une montre de mon grand père, un secrétaire de mon arrière grand mère. Mais, j'ai peu d'héritage de leur vécu et de celui des ancêtres qu'ils ont, eux, connus. Si un jour mes enfants éprouvent le même besoin, mes recherches seront une partie de l'héritage qui, à mon sens, vaut plus qu'une argenterie.

Le pourquoi est explicité. Maintenant, intéressons nous au comment ?

J'ai donc commencé par me baser sur les recherches généalogiques de mon grand père maternel, Raoul BAUDRU, qui avait déjà bien débroussaillé le terrain du coté maternel. Coté paternel, un vide abyssal. Excepté quelques minutes d'informations de mon grand père paternel, Esprit SEMPERES, sur l'origine présumée de mon nom alors que j'avais 18 ans, je ne connaissais rien. J'ai donc commencé par questionner ma grand mère paternelle, Valentine COULET, qui, à priori, ne se rappelait de rien. Puis, la technique de l'aide à l'explicitation favorisant la remise en évocation, m'a permis de recueillir de précieuses informations sur les ancêtres proches que je n'ai pas connus.

Pour les autres, plus lointains, il me fallait donc rechercher les dates qui ont marqué leur vie. Un vrai jeu de piste ! Ceux qui comme moi s'intéressent à la généalogie savent de quoi je parle... Les lieux et dates de ces événements marquants m'ont amené à me poser des questions qui, pour certaines, ont trouvé les réponses dans des livres d'histoire. Pourquoi mes ancêtres ont-ils quitté la région d'Alicante en Espagne pour l'Algérie ? Qui étaient ces émigrants ? Leur métier ? Leurs conditions de vie ? Leur éducation ? Puis, les actes d'état civil m'ont permis de cerner qui ils devaient être, illettrés ou pas, de ferveur catholique, travailleurs (eux n'avaient pas le choix pour survivre) etc...

En regardant cette " galerie des ancêtres ", j'y ai également trouvé des points communs. 

La musique par exemple. Ce qui explique peut être pourquoi beaucoup d'entre nous sont tombés dans la potion magique... 

La morphologie. Il nous aurait été très difficile d'être grand, blond aux yeux bleus avec autant d'ancêtres italiens et espagnols...

Le caractère bien sûr. Du caractère plutôt... Fiers et donc la sensibilité à fleur de peau... Les fiches individuelles de ce site relatent des anecdotes craquantes ...

Mon arrière grand père, Léon REYNAUD qui,  comme moi a repris ses études durant sa vie professionnelle, lui, aux Arts et Métiers à Cluny dans le domaine de la métallurgie. Pour avoir vécu cette difficulté avec sûrement plus de facilité que lui compte tenu des commodités actuelles, j'imagine l'épreuve qu'il a dû endurer.

Même si cette page est longue, j'en conviens, j'espère avoir convaincu ceux qui la liront et qui comme moi souhaitent faire durer l'image de la famille. Alors, à vos souvenirs sur les anciens aujourd'hui disparus et laissez moi un petit mot sur le Forum ...

Christian SEMPERES